Rubriques > Partenaires > Solidarités avec nos partenaires >

La Ferme aux Questions : Autoconstruction d’un four à pain : financement participatif par la Cagnole : Merci à toutes et tous !

La Cagnole a décidé de s’impliquer pour soutenir ce partenaire et appelle chaque membre (et toute personne attachée à l’écologie et à la solidarité) à contribuer même très modestement. Des centaines de petits gestes peuvent faire beaucoup !

Total à collecter 6500€
Nombre de donatrices ou donateurs 74
Somme collectée par virement direct 600€
Somme collectée via HelloAsso 5711€
Total collecté 6311€
Somme qui sera versée au porteur de projet 6311€
Pourcentage collecté 97,09%

Merci à toutes et tous !

je vous envoie ce mail pour vous remercier très chaleureusement de votre soutien durant mon financement participatif. En effet, l’ensemble de vos dons m’a permis de recueillir 6 521 € au total !

Merci donc énormément de votre générosité qui a dépassé toutes mes attentes ! Grâce à vous, toutes mes briques sont financées (elles attendent dans la cour), ainsi que la moitié de la porte de mon four !

Je profite de ce mail pour vous présenter (du moins pour ceux qui ne suivent pas encore mes réseaux sociaux Facebook et Instagram) l’avancement des travaux du fournil et du four.

Tranchée pour la conduite d’eau Après avoir fait un peu de ménage dans le futur fournil, j’ai commencé par y amener l’eau et l’électricité. Sur la photo ci-contre, je creuse la tranchée dans laquelle passe la conduite d’eau du fournil. On ne le voit peut-être pas, mais le sous-sol est particulièrement riche en pierres calcaires !

Dalle du fournil L’étape suivante de l’aménagement du fournil a consisté à couler la dalle de béton sur laquelle sera posé mon four. Pour faire cela, j’ai d’abord dû décaisser la surface du fournil, mettre en place les fers à béton… Et couler la dalle elle-même. Un grand merci à mon cousin Alexandre qui a beaucoup souffert ce jour-là : c’est lui qui a préparé tout le béton dont nous avons eu besoin pour la dalle !

Cloison béton cellulaire

J’ai ensuite entrepris de monter des cloisons à l’intérieur du hangar, le long des murs existants. Celles-ci servent à avoir un environnement plus adapté à la préparation de délicieux pains, mais aussi à isoler le bâtiment. Pour l’isolation, j’ai choisi de remplir la totalité de l’espace entre mes cloisons et la tôle de laine de mouton brute. Celle-ci a de nombreux avantages : elle est très isolante thermiquement et phoniquement (les voisins ne m’entendront peut-être pas chanter pendant le pétrissage), elle ne brûle pas, c’est un matériau naturel, et en plus je l’ai trouvée à 2km de la ferme !

Cloison OSB et électricité

J’ai réalisé les cloisons proches du four en béton cellulaire, principalement parce que c’est très résistant au feu (on ne sait jamais…), mais aussi parce qu’il est très isolant. Comme je ne me voyais pas faire mon pain entouré de béton, j’ai choisi de faire le reste des cloisons en OSB. Je trouve quand même le bois plus chaleureux.

Vous pouvez voir sur les photos ci-contre le mur en béton cellulaire en cours de construction, ainsi que le passage des gaines électrique derrière les plaques d’OSB. Merci à Michaël et à Victor pour les coups de main lors de la pose des plaques d’OSB et de l’isolation !

Pose du plafond

Pour le plafond, j’ai procédé de la même manière que pour les murs en OSB, sauf que cette fois, les plaques étaient horizontales ;-) De même que pour les murs, le plafond est isolé en laine de mouton brute sur la totalité de sa surface, et sur pas loin de 20cm quand même. Seul le chevêtre, futur passage de la cheminée du four, en est exempt.

Ci-contre, voici le plafond en cours de pose et une photo de l’isolation que je mettais en place au fur et à mesure de l’avancement.

Isolation du plafond

Plafond terminé

Une fois mon plafond terminé (photo ci-contre), j’ai finalisé l’installation électrique. C’est tout de même bien plus pratique d’avoir de l’éclairage et des prises de courant fixes dans le local !

Première pierre du four Enfin ! Ce mercredi 21 février 2024, j’ai posé la première pierre de mon four ! Vous pouvez voir sur les photos ci-dessous les premiers rangs de parpaings qui constituent la base de mon four, sur laquelle je vais par la suite construire la voûte dans laquelle cuira le pain.

Le four aujourd’hui

L’espace réservé en U au milieu correspond au foyer, dans lequel brûlera le feu qui viendra jaillir dans la chambre de cuisson.

Les travaux avancent, et j’espère toujours pouvoir commencer à faire du pain au mois de mai ! En attendant, de grosses journées de travail m’attendent. J’en profite pour remercier mon papa et mes frères pour leur aide sur le chantier à toutes les étapes de la construction.

À bientôt pour plus de nouvelles sur l’avancement du chantier !

Baptiste de la Ferme aux Questions

La France est LE pays du pain. Et pourtant, on n’a jamais aussi peu mangé de pain en France, et encore moins du pain bon pour la santé et l’environnement. Pour retrouver localement les outils et les savoir-faire liés à la fabrication artisanale du pain, j’ai souhaité développer sur ma ferme la transformation de mon blé en farine puis en pain. Mais pour cela, j’ai besoin d’aide pour financer la clé de voûte de ce projet : mon four à pain… Tout de briques et de fonte.

 La Ferme aux Questions

C’est quoi ?

La Ferme aux Questions (lafermeauxquestions.fr), c’est mon projet de reprise de la ferme familiale. Je serai alors la treizième génération de paysan sur la ferme. Cette dernière est située au Sud-Ouest de la ville d’Auxerre, à l’intérieur des limites de la ville.

La ferme est une petite exploitation céréalière d’un peu plus de 90 hectares. La totalité de sa surface est en Bio depuis plus de 20 ans, ou sera en conversion vers l’Agriculture Biologique à la suite de l’aménagement

Je conçois le métier de paysan comme un métier de proximité, ayant pour vocation de nourrir les « locaux » et non pas le monde, pour une raison écologique d’une part, mais aussi éthique. Rétablir la proximité entre le monde agricole et les consommateurs de nos produits, par la vente directe notamment, est aussi un moyen de rétablir la confiance entre les paysans et la société. C’est aussi un moyen pour moi d’investir dans la région (et surtout, dans les gens qui y vivent !) qui m’a fait grandir et à laquelle je suis très attaché.

J’ai souhaité ajouter des ateliers de transformation à la ferme lors de ma reprise de l’exploitation, notamment pour réimplanter localement les outils et les savoir-faire traditionnels liés à la production de la farine et du pain. Cela contribuera peut-être à une meilleure résilience alimentaire du territoire, et à la réappropriation de ce travail par le plus grand nombre.

Les productions de la ferme (pain, farine, mais aussi paille, foin, blé…) seront en partie vendues aux professionnels (notamment les cantines scolaires), mais aussi aux particuliers lors de ventes à la ferme. Ces productions ne seront vendues que sur Auxerre lors de ventes à la ferme, afin que je conserve du temps pour mon travail aux champs. Cela vient également appuyer l’aspect local de mon projet.

Dans la continuité de cette volonté de relocaliser mon activité, un partenariat avec la monnaie locale, la Cagnole, m’a semblé évident. En effet cette monnaie assure chacun.e d’entre nous de participer à une économie de proximité et qui fait vivre les gens sur le territoire. J’ai par la suite appris que la Cagnole pouvait organiser mon financement participatif, et ai accueilli cette nouvelle avec la plus grande joie ! En effet, j’apprécie de sortir une partie du financement de mes ateliers de transformation du système bancaire… Surtout que ce faisant, je bénéficierai de chaque centime que vous voudrez bien me donner. Je les remercie donc de l’intérêt et du soutien des membres de la Cagnole, et place en eux toute ma confiance.

C’est qui ?

C’est moi, paysan, 28 ans. Après un Master dans le domaine de la Biologie, j’ai poursuivi mes études par un doctorat traitant des semences paysannes, que j’ai validé en juin 2022. Lors de ces trois années de thèse, j’ai pu côtoyer de nombreux paysans boulangers. C’est notamment cela qui m’a donné envie de quitter la recherche et de m’installer sur la ferme familiale, en alliant l’activité actuelle de la ferme et ma passion pour la panification. En effet, tout petit, je voulais être boulanger ! Cette idée ne m’a jamais vraiment quitté puisque je me souviens faire du pain depuis l’adolescence. C’est au début de ma thèse que j’ai sérieusement commencé à faire du pain au levain, et j’ai pu beaucoup m’améliorer notamment lors d’un stage avec Rébecca Corazza.

Mon statut

J’ai choisi de m‘installer en Entreprise Individuelle lors de la construction de mon projet de reprise de la ferme, puisqu’il me semblait particulièrement artificiel de construire une société unipersonnelle, malgré les quelques avantages que cela peut octroyer. Ainsi, aucun bénéfice de mon entreprise n’ira à des actionnaires. Si d’aventure une personne venait à me rejoindre sur la ferme de manière pérenne, une transformation vers un statut coopératif sera privilégié, afin de rester dans le même esprit.

Mon idéal, mes valeurs

Mon retour à la terre – et la reprise de la ferme qui en découle – m’a été dicté d’abord par un besoin presque impérieux de remettre les mains dans la terre, et de la faire vivre. Il a également été renforcé par mes convictions écologiques : quelle meilleure façon de contribuer à un monde plus respectueux de la planète qu’en y pratiquant l’agriculture biologique, qui la protège du mieux qu’elle peut. Ma reprise de la ferme est aussi politique : la protection des petites fermes permet de défendre une alimentation de qualité et de proximité, au service des consommateurs.

Ainsi, mon activité me conduira à commercialiser la plupart de ma production de céréales auprès de la COCEBI, coopérative 100 % Bio située dans l’Yonne. Une partie sera transformée sur place (ou à moins de 30 km le temps que je construise mon moulin), et commercialisée à Auxerre ou ses alentours proches. Cela permettra de conserver la dimension humaine de mon activité, minimisant par là son impact écologique. Cela nous permettra également, je l’espère, de construire une relation de confiance entre vous et moi. Mon objectif est également de vous proposer des produits alimentaires de qualité, tant d’un point de vue environnemental que nutritionnel : pain au levain, farine T80...

Histoire de la ferme

Depuis 13 générations, ma famille compte des paysans à Auxerre. Les pratiques agricoles ont beaucoup évolué depuis lors, notamment avec l’arrivée des engrais de synthèse et les pesticides. Depuis les années 2000 cependant, mon père a souhaité revenir à des pratiques agricoles plus respectueuses de l’environnement et de la santé en pratiquant l’agriculture biologique.

Aujourd’hui, je souhaite poursuivre la conduite de la ferme en agriculture biologique, mais également rapprocher l’activité agricole des consommateurs par de la transformation et de la vente à la ferme.

J’espère que cette évolution sera profitable autant à la ferme, qui verra son activité pérennisée, qu’aux consommateurs que vous êtes.

 À quoi va servir la collecte

Pour faire du pain au levain, on n’a certes pas besoin de grand-chose, mais il y a quelques éléments essentiels ! Il faut en effet de l’eau, de la farine, du sel, et du levain (de l’eau et de la farine). Je vais financer le moulin qui me permettra de faire ma propre farine par un emprunt bancaire (sauf si vous êtes particulièrement généreux !), et pétrirai la totalité de ma pâte à la main. La dernière étape de la fabrication du pain me manque, cependant : la cuisson !

Pour cuire mon pain, je dois construire mon four à bois en brique (il m’en faudra quelques milliers quand même…), dans lequel s’insèrent des pièces de fonte (dont des pièces essentielles comme la porte du four). J’ai donc besoin de votre aide pour financer tous ces matériaux, et construire un four durable !

Mon four me permettra de cuire plus de 50 kg de pain en une fournée ! Il fera plusieurs tonnes, et va me demander beaucoup de temps de construction.

Le coût total des matériaux pour la construction de ce four sera proche de 12 000 €, aussi ai-je besoin de votre aide pour financer une partie de ce four, et sortir sa construction du système bancaire.

Je propose de réaliser ce financement participatif en plusieurs paliers :

  • 5000€ : vous me permettez d’acheter toutes les briques dont j’ai besoin
  • 9000€ : j’achète la porte de four de mes rêves grâce à vous
  • 12000€ : vous me permettez de financer la totalité de mon four

 Les contreparties

Chaque euro sera important pour m’aider à construire ce four. Les prix des matières premières continuent d’augmenter, et toute contribution me permettra de financer le four plus sereinement.

Les contreparties à chaque contribution ne sont pas toutes matérielles afin de ne pas trop contraindre le budget, et viendront plutôt mettre en avant la solidarité et le partage des produits de la ferme.

1 € et plus (Grain de blé)

  • Participation libre sans contrepartie
  • Votre nom sur le site web de la ferme

10 € et plus (Germe)

  • Votre nom sur le site web de la ferme
  • Votre nom sur une brique du four
  • Invitation à l’inauguration du fournil

25 € et plus (Jeune pousse)

  • Votre nom sur le site web de la ferme
  • Votre nom sur une brique du four
  • Invitation à l’inauguration du fournil
  • Un pain de 500 g

50 € et plus (Plante prometteuse)

  • Votre nom sur le site web de la ferme
  • Votre nom sur une brique du four
  • Invitation à l’inauguration du fournil
  • Un pain de 1 kg

75 € et plus (Épi en fleur)

  • Votre nom sur le site web de la ferme
  • Votre nom sur une brique
  • Invitation à l’inauguration du fournil
  • Deux pains de 1 kg
  • Du levain à partager

100 € et plus (Bel épi)

  • Votre nom sur le site web de la ferme
  • Votre nom sur une brique
  • Invitation à l’inauguration du fournil
  • Deux pains de 1 kg
  • Du levain à partager
  • Une demi-journée d’observation au fournil

150 € et plus (Bouquet de blé)

  • Votre nom sur le site web de la ferme
  • Votre nom sur une brique
  • Invitation à l’inauguration du fournil
  • Deux pains de 1 kg
  • Du levain à partager
  • Une demi-journée d’observation au fournil
  • Une demi-journée d’observation à la ferme

200 € et plus (Sac de farine)

  • Votre nom sur le site web de la ferme
  • Votre nom sur une brique
  • Invitation à l’inauguration du fournil
  • Deux pains de 1 kg
  • Du levain à partager
  • Observation d’une fournée de pain complète
  • Une demi-journée d’observation à la ferme

350 € et plus (Montagne de gluten)

  • Votre nom sur le site web de la ferme
  • Votre nom sur une brique
  • Invitation à l’inauguration du fournil
  • Deux pains de 1 kg
  • Du levain à partager
  • Observation d’une fournée de pain complète
  • Une demi-journée d’observation à la ferme
  • Banquet de remerciement

500 € et plus (Récolte incroyable)

  • Votre nom sur le site web de la ferme
  • Votre nom sur une brique
  • Invitation à l’inauguration du fournil
  • 10 % de réduction sur le pain pendant 1 an
  • Du levain à partager
  • Observation d’une fournée de pain complète
  • Une journée d’observation à la ferme
  • Banquet de remerciement

1 000 € et plus (Moisson providentielle)

  • Votre nom sur le site web de la ferme
  • Votre nom sur une brique
  • Invitation à l’inauguration du fournil
  • 10 % de réduction sur le pain à vie !
  • Du levain à partager
  • Stage de boulangerie au levain (4 séances)
  • Une journée d’observation à la ferme
  • Banquet de remerciement

2 000 € et plus (Manne céleste)

  • Votre nom sur le site web de la ferme
  • Votre nom sur une brique
  • Invitation à l’inauguration du fournil
  • 10 % de réduction sur le pain à vie !
  • Du levain à partager
  • Stage de boulangerie au levain (4 séances)
  • Une journée d’observation à la ferme
  • Banquet de remerciement
  • Un pain spécial portant le nom de votre choix pendant 1 mois
  • Ma reconnaissance éternelle

 Pour participer au financement participatif

C’est Courts-Circuits La Cagnole qui collecte les fonds et les reverse intégralement (sans aucune commission) à Baptiste de la Ferme Aux Questions)

2 moyens :
1/ Virement direct à la Cagnole
Vous faites un virement en spécifiant "Pour Baptiste" au compte
Courts-Circuits La Cagnole
22 rue de Preuilly
89000 Auxerre
FR76 1027 8025 5200 0215 5600 157
BIC CMCIFR2A
(RIB joint)
et vous faites un mail à secretariat lacagnole.fr pour communiquer prénom et nom, adresse mail et contrepartie choisie. Aucun usage ne sera fait de vos données personnelles que de les communiquer au porteur de projet pour vos droits à contrepartie. Toutes les données seront supprimées à la fin de la campagne et des contreparties.

2/ Virement via HelloAsso

Attention HelloAsso -qui est un service marchand- va vous proposer de faire un don, plutôt conséquent.
Vous pouvez diminuer le montant de ce don et même le ramener à zéro.

Vous rendre sur cette page : https://www.helloasso.com/associati...

Par Ferme aux Questions

Le samedi 24 février 2024

Mis à jour le 24 février 2024